Start up du jour #5 Wiseed

Une partie de la team Wiseed

Le financement participatif peut prendre plusieurs formes : don, prêt ou fonds propres. L’Equity Crowdfunding repose sur l’apport en fonds propres (qui se dit Equity en anglais). Ce mode de financement consiste pour des particuliers à investir, via des plateformes, dans des startups « early stage » en échange de parts dans l’entreprise. Wiseed, crée en 2008 et présent aux quatre coins de France (Paris, Toulouse, Lyon et Bordeaux), est le leader français de ce secteur qui est parfois appelé « CrowdEquity ». Pionnière, l’entreprise peut compter sur plus de 80 000 investisseurs particuliers et un background de 73 millions d’euros levés répartis sur 153 projets. Un des avantages comparatifs de Wiseed réside dans le très faible montant du ticket minium pour investir (100€), ce qui permet une véritable démocratisation de l’investissement en startup. En juillet 2016, Wiseed a été la première plateforme d’Equity Crowdfunding à obtenir le statut légal de « Conseiller en Investissements Participatifs ». Ce statut lui permet de porter à 5 millions d’euros la somme maximale des investissements par projet. Parallèlement, l’internationalisation est en marche, notamment en Allemagne et en Amérique du nord. Des rumeurs d’introduction en bourse dès 2017 circulent même dans l’écosystème.

Sur les 153 projets financés via Wiseed, 80 concernaient des opérations de promotion immobilière (soit plus de 50 %). Le niveau des rendements moyens (environ 10%) est en effet très attractif. Mieux encore, le niveau de risque est plus faible que pour des investissements dans des startups, ce qui permet aux particuliers de construire un portefeuille équilibré sans changer de plateforme. Le succès de Wiseed s’explique également par leur capacité à créer et faire vivre des communautés. Un forum permet par exemple aux investisseurs d’échanger sur les projets dans lesquels ils investissent. Pour faciliter la prise de décision, Wiseed effectue un audit détaillé de chaque opération et fournit l’ensemble des documents nécessaires aux futurs actionnaires. Côté promoteur, la plateforme est appréciée pour le capital bon marché qu’elle permet de lever.

Wiseed a encore fait la une des journaux la semaine dernière, mais cette fois contre leur gré. Un promoteur qui avait fait financer son opération sur la plateforme s’est retrouvé en situation de faillite. Le capital investit par les 260 souscripteurs, 2,500€ en moyenne, est donc en danger. Le scénario catastrophe n’aura peut-être pas lieu mais cet épisode rappelle aux investisseurs qu’il n’y a pas de rendement sans risque. Cependant cet échec ne doit pas faire oublier la formidable année 2016 du Crowdfunding immobilier où 55,2M€ ont été collecté par les plateformes françaises, soit presque deux fois plus qu’en 2015.

Restez informé sur le monde de l'immobilier

Partager cet article

Ces articles pourraient aussi vous intéresser :

Afterwork #12 : l’innovation immobilière en Afrique

Nous organisions ce jeudi 28 notre 12ème afterwork dans les superbes locaux de Leboncoin. Pour l’occasion, nous avions choisi d’aborder un thème novateur, celui de l’innovation immobilière en Afrique. En guise d’introduction, Audric Guillemin de LeBoncoin a rappelé tout l’intérêt qu’il portait aux startups de l’immobilier, en témoigne la présence au sein de son accélérateur

Lire plus »

Startup du jour #58 – Inch

  Inch, pour simplifier la vie des gestionnaires immobilier Que de frustration dans les copropriétés ! D’une part, les résidents voient les problèmes au quotidien et se plaignent de coûts de gestion très élevés. D’autre part, les professionnels peinent à mettre en lumière le service qu’ils apportent aux propriétaires et aux résidents. La startup Inch a

Lire plus »

Startup du jour #57 – Liberkeys

Liberkeys, un nouvel acteur sur le segment de la transaction à commission fixe L’immobilier est un des rares secteurs où les rémunérations variables (en % de la valeur de la transaction) se maintiennent au détriment des rémunérations fixe en valeur absolue. Cependant, comment justifier qu’un agent immobilier perçoit, pour la vente d’un appartement parisien par

Lire plus »