Retour sur l’Afterwork Real Estech #6

Photo par Bahri Samir

Toute la communauté Real Estech s’était donnée rendez-vous jeudi 26 octobre à l’ESCP Europe pour assister à la 6ème édition de l’afterwork. Malgré les vacances, près d’une centaine de personnes étaient présentes pour écouter les pitchs des différents intervenants.

En guise d’introduction, Vincent Pavanello (cofondateur de l’association Real Estech) a dit un mot de l’arrivée des GAFA dans le secteur immobilier. En effet, Alphabet (Google) a signé il y a quelques mois un partenariat avec Factory OS pour produire des maisons préfabriquées qui seront dans un premier temps destinées à ses salariés mais qui pourraient être commercialisées à l’avenir. Déjà présent dans l’habitat à travers Google Home, la firme américaine pourrait se laisser tenter par la construction. Dans le même temps, Airbnb a annoncé le 15 octobre sa volonté de construire des immeubles résidentiels afin de les exploiter avec leur plateforme de gestion locative court-terme. L’exemple de WeWork qui créé une foncière pour racheter les murs des immeubles gérés a également été cité.

Trois startuppeurs se sont ensuite succédés à la tribune pour présenter leur business. Pour commencer, Laurence Benamran a pitché pour le compte de Pinpo, startup spécialisée dans la qualification de leads dont elle est cofondatrice. Cette entreprise primée au dernier salon RENT aide les agences immobilières à trouver des acheteurs. Ensuite, Dorothée Simon est intervenue en tant que cofondatrice de RencontreUnArchi, plateforme de mise en relation de particuliers avec des architectes. Pour seulement 50€, un architecte vient à votre domicile pendant 3 heures et vous fournit un devis dans la foulée. Enfin, Pierre-Albert Benlolo a défendu sa startup Diagnostical qui est une plateforme de marché où se rencontrent les particuliers qui souhaitent obtenir des diagnostics immobiliers (DPE, loi Carrez, Termites, etc.) et les experts en charge de ces certifications.

Fidèle à ses convictions selon lesquelles la révolution dans l’immobilier passerait aussi par les entreprises établies, Real Estech avait invité Altarea Cogedim et Sedelka Europrom. Maxime Lanquetuit, directeur innovation d’Altarea Cogedim, a notamment mis en avant la nécessité de créer des communautés au sein des quartiers mixtes conçus par l’entreprise. Cet objectif est atteint grâce à une application de voisinage actuellement mise en place sur plusieurs sites. Autre promoteur, Sedelka Europrom était représenté par Malek Rezgui (PDG). Cet acteur normand a la particularité d’avoir conçu un boitier numérique interopérable avec tous les objets connectés de la maison. Le Google Home normand se nomme Dommee.

Les intervenants et le public se sont ensuite retrouvés pour un cocktail de networking qui a vu se nouer plusieurs relations business.

Restez informé sur le monde de l'immobilier

Partager cet article

Ces articles pourraient aussi vous intéresser :

Afterwork #12 : l’innovation immobilière en Afrique

Nous organisions ce jeudi 28 notre 12ème afterwork dans les superbes locaux de Leboncoin. Pour l’occasion, nous avions choisi d’aborder un thème novateur, celui de l’innovation immobilière en Afrique. En guise d’introduction, Audric Guillemin de LeBoncoin a rappelé tout l’intérêt qu’il portait aux startups de l’immobilier, en témoigne la présence au sein de son accélérateur

Lire plus »

Startup du jour #58 – Inch

  Inch, pour simplifier la vie des gestionnaires immobilier Que de frustration dans les copropriétés ! D’une part, les résidents voient les problèmes au quotidien et se plaignent de coûts de gestion très élevés. D’autre part, les professionnels peinent à mettre en lumière le service qu’ils apportent aux propriétaires et aux résidents. La startup Inch a

Lire plus »

Startup du jour #57 – Liberkeys

Liberkeys, un nouvel acteur sur le segment de la transaction à commission fixe L’immobilier est un des rares secteurs où les rémunérations variables (en % de la valeur de la transaction) se maintiennent au détriment des rémunérations fixe en valeur absolue. Cependant, comment justifier qu’un agent immobilier perçoit, pour la vente d’un appartement parisien par

Lire plus »